Comparez nos assurances prévoyance pour infirmier en 3 clics !!!

Lorsque l’on exerce en qualité d’IDEL, Choisir la meilleure prévoyance s’avère très complexe et relève presque de la gageure.
En effet, le choix d’une mauvaise prévoyance peut avoir des conséquences lourdes pour un infirmier ou une infirmière car, en cas de difficulté ou d’absence d’indemnisation, il est très compliqué de changer de contrat de prévoyance du fait de la sélection médicale.
Par exemple, une infirmière qui a été déjà eu un problème au dos se verra proposer ne exclusion des affections disco vertébrales par toute nouvelle compagnie auprès de laquelle elle souhaiterait souscrire.

Franchises, délais de carence, grossesse, exclusions, Invalidité professionnelle, indemnités forfaitaires, affections neuropsychiatriques, tarifs….
Comparer autant de paramètres peut s’avérer très complexe…. Sauf si on recoure aux services d’un courtier en ligne qui comparera pour vous les conditions générales de tous les contrats dédiés aux infirmiers libéraux ainsi que les procédures d’indemnisation propres à chaque compagnie.

Les prestations de la Carpimko sont-elles suffisantes ?

Plus de 90 % des infirmières souscrivent une prévoyance car les prestations de la Carpimko sont très insuffisantes.
En premier lieu, la Carpimko n’intervient qu’à compter du 91eme jour d’ITT.
Or, la plupart des arrêts de travail durent moins de 3 mois.
De plus, à compter du 91eme jour d’arrêt, le montant des indemnités servies par la Carpimko (environ 1700 €) s’avère insuffisant pour couvrir le revenu d’une infirmière libérale.

Enfin, en plus du revenu, les infirmiers doivent également couvrir leurs frais professionnels (charges sociales personnelles, loyer du cabinet, location de matériel, taxes et impôts divers).

Ainsi, sans prévoyance, une IDEL peut se retrouver en difficulté financière et parfois ne jamais s’en remettre surtout si elle n’a pas de patientèle stable ou que cette dernière diminue, ce qui est souvent le cas après un arrêt de travail.

Nous vous proposerons plusieurs devis de nature à combler les carences de la Carpimko et vous permettre de comparer plusieurs contrats simultanément.

Quelles sont les garanties à souscrire lorsque l’on est IDEL ?

– Couverture du revenu :

Lorsque l’on exerce en qualité d’IDEL ou même kiné libéral, le revenu est supérieur à celui que l’on peut avoir lorsque l’on travaille à l’hôpital par exemple.
Toute profession libérale peut souscrire le contrat dans le cadre fiscal de la Loi Madelin afin de déduire les cotisations du revenu imposable.
Aussi, le train de vie est forcément supérieur, les charges fixes plus importantes et les impôts plus conséquents. Les prestations de la Carpimko étant insuffisantes, il est primordial de souscrire un contrat de nature à couvrir la perte de revenu subie en cas d’arrêt de travail lié à un accident ou une maladie.
A ce titre, il faut choisir la franchise la plus courte possible de telle sorte de pouvoir être indemnisé(e) rapidement en cas d’ITT.
L’indemnité souscrite doit être de préférence forfaitaire afin de se prémunir d’une baisse de revenu et, ainsi, ne pas se voir limité(e) lors de l’indemnisation.
Plus la franchise sera courte, plus la cotisation sera élevée.
Enfin, il est important de choisir un barème d’Invalidité professionnel qui permet d’être indemnisé(e) en cas de diminution d’aptitude qui a une conséquence sur l’activité professionnelle, rendant difficile voire impossible de continuer d’exercer la profession d’Idel. Les barèmes dits croisés sont à proscrire car l’assuré(e) peut se voir proposer un reclassement professionnel et, ainsi, ne pas percevoir la rente d’invalidité souscrite.

– Couverture des frais professionnels :

En plus du revenu, une infirmière ou un kinésithérapeute doit continuer de payer ses charges et frais professionnels tels que les cotisations Urssaf et Carpimko, le loyer du cabinet, l’expert-comptable, des éventuels leasing, la transmission de la facturation ect…
Toutes ces charges continuent de courir en cas d’arrêt de travail et il est très important de prévoir une garantie dite « remboursement des frais professionnels » destinée à prendre en charges ces frais fixes.
En général, une durée d’indemnisation d’1 à 2 ans est suffisante.

La protection de la Famille :

En cas de Décès, la Carpimko ne prévoit pas grand-chose et il est important de protéger ses proches, enfants notamment, afin de les mettre à l’abri du besoin, entre autre pour leur éducation, si le revenu venant à manquer. Une prévoyance peut donc prévoir un capital Décès et une rente d’éducation qui viennent compléter les prestations de la Carpimko.
Enfin, la meilleure prévoyance pour une ide libérale sera celle qui qui proposera un tarif compétitif car, la sinistralité est galopante et la plupart des compagnies ont procédé à des majorations tarifaires importantes pour les paramédicaux, y compris pour les kines.

Quelle prévoyance en cas de grossesse ?

La grossesse est un vrai sujet de préoccupation pour une infirmière libérale qui s’installe et est amenée à être enceinte.
La tournée d’une infirmière libérale est particulièrement éprouvante et pas compatible avec une grossesse.
Or, fortes de ce constat, certaines compagnies n’hésitent pas à mettre des restrictions dans leurs contrats afin de limiter les dépenses liées à la prise en charge de la grossesse pathologique.
Par exemple, certaines compagnies vont lister une liste de pathologies ou de cas, souvent des cas lourds, qui ouvrent droit à indemnisation.
D’autres compagnies vont également exiger que la grossesse implique, soit une hospitalisation, soit que la vie de la maman ou du bébé soit en danger du fait de la grossesse pour pouvoir déclencher une indemnisation.

Ainsi, le contrat Cap Agipi, la Macsf, la Médicale de France, le contrat SLPI de Swisslife et d’autres prévoient des clauses spécifiques pour préciser les conditions d’indemnisation de la grossesse pathologique.

De plus, les 16 semaines du congé légal de maternité n’ouvrent pas droit à indemnisation, quelle que soit la cause de l’arrêt alors même que les chargent continuent d’être prélevées.
L’idéal est donc de trouver une bonne prévoyance, sans restriction sur la grossesse pathologique et sans délai de carence.

Le rôle du courtier sera donc de trouver le contrat le plus adapté de telle sorte que l’infirmière soit indemnisée en cas de grossesse pathologique et ait même la possibilité de percevoir une indemnité forfaitaire de repos maternel qui compensera l’absence d’indemnisation durant la période du congé légal de maternité.

Quelle invalidité pour une infirmière libérale

La rente d’invalidité constitue le risque le plus lourd et le plus sensible, en particulier pour une infirmière libérale.
En effet, une IDE qui exerce en libéral a une activité dense, soutenue, elle sort et rentre de la voiture des dizaines de fois par jour, monte et descend des escaliers, soulève des patients lourds, prodigue des soins techniques.
Qu’elle soit atteinte sur un membre inférieur ou supérieur, elle sera impactée dans sa capacité à pouvoir continuer d’exercer sa profession normalement et durablement.
Aussi, le barème d’invalidité professionnel dédié aux professionnels de santé est éminemment indiqué pour la profession d’IDEL.

Pour plus de précision sur la barème d’invalidité professionnel, veuillez consulter la page suivante (lien ver comparateur ou alors consulte moi)

Comment déjouer les pièges dans la prévoyance d’une infirmière libérale ?

Le meilleur moyen d’éviter les écueils relatifs au choix d’une bonne prévoyance est de recourir aux services d’un courtier sérieux, qui comparera avec vous les conditions générales, mettra en évidence les restrictions cachées dans certaines notices d’information et vous conseillera au mieux dans le choix de votre couverture, notamment en fonction de votre âge.
Par exemple, une infirmière libérale qui démarre et est potentiellement concernée par une grossesse se verra conseiller une franchise plus courte.
A l’inverse, une infirmière plus âgée, qui n’aura plus d’enfants et paye une cotisation plus élevée du fait de son âge aura plus intérêt à choisir une franchise maladie de 30 jours